“A Day in the Life” with Screenwriter and Audiovisual Director Patrick Bossé

De nature discrète, il prépare minutieusement tous ses projets avec une rigueur intellectuelle et émotionnelle irréprochable. Humble, il embrasse les hasards qui se pointent sur son chemin avec aisance et sérénité. Courageux, il n’a pas peur de chanter du Gerry Boulet dans un karaoké. Tel un véritable loup, il considère sa famille comme son refuge. Pragmatique, il est à l’écoute de son instinct et de son équipe. Fidèle, il fait souvent appel aux mêmes personnes pour fabriquer ses films. Derrière les nombreuses casquettes qu’il porte se cache une personne intègre et hautement sensible. Il est perpétuellement à la recherche du beau et du vrai, sur terre, dans les cieux et dans le cœur des gens qui croisent sa route. Comme l’ancien entraîneur Guy Carbonneau en 2008, lui aussi soutenait son CH d’amour avec une cravate laide autour du cou. Qu’il tourne ses films seul ou en équipe, avec un cellulaire ou en 8K pour des films immersifs en dôme, son approche est toujours la même. Il tisse le fond et la forme avec finesse et précision. À force de persévérance, de résilience et de travail acharné, son talent est maintenant reconnu par ses pairs. Bien qu’il lui arrive d’avoir la tête dans les étoiles, je ne l’ai pourtant jamais vu perdre le nord. J’ai aujourd’hui l’honneur de vous présenter avec tendresse mon grand ami et complice de travail depuis plus de 15 ans, le cinéaste Patrick Bossé.

-Écrit par Antonio Pierre de Almeida, cinéaste

Patrick Bossé
Patrick Bossé: Photo by Genevieve Thibert
Patrick Bossé
Je passe beaucoup de temps dans mon sous-sol à travailler sur mes projets. J’y ai d’ailleurs créé une bonne partie de ma série Étoile du Nord, qui porte sur la science et le parcours de l’astronome Laurie Rousseau-Nepton, et que l’ONF a produite. J’ai fabriqué la surface de mon bureau avec une amie et rénové la pièce avec mon père. C’est un espace rempli d’histoires ! C’est super stimulant.
Mon processus passe d’abord par la lecture. Dans les derniers mois, j’ai lu des tonnes d’articles et de livres sur des sujets qui m’intéressent depuis longtemps. C’est un peu boulimique comme approche. Mais je me sens plus solide sur mes pattes ensuite. C’est aussi mon rebond émotionnel après la fin de mon projet avec l’ONF !
Plusieurs de mes collègues sont passés à la tablette numérique pour prendre leurs notes et gérer leur horaire. Je ne suis pas rendu là ! Je préfère encore le confort d’un cahier par projet, ou d’une série de cahiers quand le projet s’étire. J’ai aussi pris l’habitude de nommer chaque cahier. Par exemple, Croquagriffouille, c’est le nom d’un monstre dans un livre pour enfants.
Un de mes plus gros projets, c’est ma maison ! J’adore m’en occuper, une petite tâche à la fois. On a subi une reprise de logement l’an passé, alors qu’on habitait le même appartement depuis plus d’une dizaine d’années. Je me sens privilégié d’avoir pu accéder à la propriété. Le droit équitable au logement, c’est vraiment un enjeu social important. Il y a un film à faire là-dessus !
Une personne essentielle dans ma vie, c’est ma conjointe, Catherine (ici sur la Côte-Nord, même si elle déteste se faire prendre en photo). On est ensemble depuis 15 ans. Elle a plein de superbes qualités. Spontanément, c’est son courage qui me vient en tête. Déjà, elle enseigne à des ados au secondaire. Ça, c’est du courage ! Je serais beaucoup moins courageux sans elle, dans le quotidien et dans le travail.
Parlant de courage, mon garçon, Edmond, entre à la maternelle cette année. C’est quand même un grand pas pour lui et pour nous ! On passe beaucoup de temps ensemble à jouer dehors et à dévorer des livres. C’est notre premier enfant. Je pense qu’il m’a débloqué le cœur (métaphoriquement !). Et il stimule ma curiosité chaque jour pour tout ce qui nous entoure.
Patrick Bossé
Ma fille, Françoise, je la trouve fascinante ! Elle est dans une phase super créative. Elle invente des situations cocasses avec des personnages imaginaires. Mon écriture passe beaucoup par la solitude, l’introspection et la réflexion. Alors, ça fait du bien de jouer avec elle ! Ça me ramène à l’essentiel : l’amour, le plaisir et le rire.
Patrick Bossé
Le courage de ma conjointe, la curiosité de mon garçon et la créativité de ma fille : ce sont les forces qui me mènent dans mes projets. Sans ces forces et sans ma famille, je n’arriverais pas à vivre des moments aussi extraordinaires que filmer au sommet du Mauna Kea le Télescope Canada-France-Hawaï, là où Laurie pratique une partie de sa science.

***

Dans quel quartier es-tu ?

J’habite le quartier Saint-Michel depuis un an avec ma conjointe et nos deux enfants. On aime beaucoup son ambiance très familiale, ses nombreux parcs et la bibliothèque tout près de la maison. On a aussi les meilleurs voisins du monde. Et c’est cool parce qu’on a encore beaucoup d’endroits à explorer !

Que fais-tu ?

Je travaille comme scénariste et réalisateur depuis une quinzaine d’années. Je développe mes propres projets en documentaire, que ce soit en format traditionnel ou immersif. En parallèle, je collabore avec des boîtes de création et des musées pour produire des expériences interactives sur toutes sortes de sujets.

Sur quoi travailles-tu actuellement ?

Après cinq ans de travail, j’ai terminé récemment ma série Étoile du Nord. Les cinq épisodes tracent un portrait intimiste de Laurie, une astronome québécoise d’origine innue, qui mène à Hawaï un impressionnant projet de recherche sur la naissance des étoiles. La série se destine d’abord aux ados, de 12 à 17 ans, et aux familles. C’est aussi très accessible au grand public. Avec la fin de ce projet, je me lance dans de nouvelles aventures en documentaire, dont un film immersif inspiré d’un anthropologue québécois bien connu du grand public (les plus observateurs trouveront !). Et pour un long métrage, je mène des recherches sur la transition énergétique, en lien avec les industries pétrolières et pétrochimiques dans l’est de Montréal.

Où pouvons-nous trouver votre travail ?

Ma série Étoile du Nord sera accessible gratuitement sur la plateforme de l’ONF, en français et en anglais, à partir du 21 août. Mon film immersif Territoires des Amériques, inspiré de l’artiste René Derouin, est diffusé à l’Espace Pauline-Julien, à Trois-Rivières, jusqu’au 3 septembre. Et mon portfolio en ligne donne une bonne idée de ma démarche : www.patrickbosse.com.

 

About Demian Vernieri 369 Articles
Demian is an Argentinian retired musician, avid gamer and editor for the Montréal Guardian, Toronto Guardian, Calgary Guardian and Vancouver Guardian websites.