Charitable Choices: Rue Action Prévention Jeunesse

Rue Action Prévention Jeunesse est un organisme d’action communautaire qui vient en aide, par le biais de l’action communautaire, du travail de rue et du travail de proximité aux adolescent.e.s, jeunes adultes et adultes vivant des problèmes psychosociaux. Nous avons parlé avec l’organisme pour en savoir plus sur eux.

Rue Action Prévention Jeunesse

Décrivez votre organisation caritative à but non lucratif en quelques phrases.

Le mandat de Rue Action Prévention (RAP Jeunesse) est de répondre aux besoins criants des populations vulnérables du Nord-de-l’Île-de-Montréal en favorisant l’accessibilité aux ressources institutionnelles et communautaires des populations (13 ans et plus) qui ne sont pas ou peu rejointes par celles-ci. Par le travail de proximité et l’approche de réduction des risques, les intervenant.e.s travaillent en amont et en aval afin d’améliorer le bien-être des personnes.

Quel problème vise-t-il à résoudre ?

Les intervenant.e.s de RAP Jeunesse viennent en aide, par le biais de l’action communautaire, du travail de rue et du travail de proximité aux adolescent.e.s, jeunes adultes et adultes principalement issu.e.s des communautés culturelles du Nord de Montréal vivant des problèmes psychosociaux. L’équipe de RAP jeunesse intervient dans divers lieux de rassemblement ainsi que dans les secteurs fortement défavorisés et précaires. Enfin, les intervenant.e.s posent des actions de prévention et de sensibilisation portant sur divers enjeux psychosociaux et sociosanitaires.

Quand l’avez-vous commencé/l’avez-vous rejoint ?

Cette année, RAP Jeunesse fête son 20e anniversaire.

Qu’est-ce qui vous a donné envie de vous impliquer ?

Notre implication découle d’un besoin de venir en aide aux populations vulnérables du Nord de l’île de Montréal vivant divers enjeux. Les personnes en situation d’itinérance ou à risque de l’être sont souvent stigmatisées et marginalisées, ce qui peut mener à un sentiment d’isolement. Le milieu communautaire permet d’aider ces personnes qui ne sont pas rejointes par les services institutionnels et de répondre à leurs besoins. Ce qui nous motive à continuer notre travail est le sentiment de gratification qui émerge de chaque petit sourire, de chaque petit merci et de chaque petite victoire. De plus, notre implication au sein de la communauté nous amène à militer pour faire respecter les droits de tou.te.s et réduire les inégalités sociales. C’est ce qui donne un sens aux projets que nous développons et qui nous motive à continuer à nous impliquer d’année en année.

Comment était la situation lorsque vous avez commencé ?

Lorsque nous avons mis en place nos services il y a de cela 20 ans, l’objectif était de venir en aide aux 30 ans et moins. L’organisme a vu le jour grâce à la fusion de trois projets d’intervention développés par les tables de concertation jeunesse du Nord de l’île. Avec notre présence sur le terrain, nous avons pu constater les besoins criants des différents arrondissements et avons décidé de diversifier nos services pour venir en aide tant aux jeunes qu’aux adultes. Nous avons mis en place l’Accès-Soir qui est une unité mobile d’intervention qui nous permet de nous déplacer dans les divers arrondissements que nous desservons. Avec l’Accès-Soir nous pouvons aider un plus grand nombre de personnes en allant directement à elles, en leur offrant un accueil, de l’écoute et du soutien. Notre expertise en réduction des risques nous amène à développer différents projets toujours dans le but de mieux répondre aux besoins de la population.

Rue Action Prévention Jeunesse

Comment cela a-t-il changé depuis ?

De nouveaux projets ont récemment été mis en place et continuent à se développer. En effet, un centre de jour (site fixe) s’est ajouté à notre offre de service. Au cours de la dernière année, ce service nous a permis d’accueillir 1407 personnes et de leur offrir différents types de soutien selon leurs besoins. Nous avons également ouvert une école d’arts martiaux mixtes dans l’arrondissement St-Laurent qui nous permet de faire de l’intervention par les sports, une approche qui suscite beaucoup d’engouement. Nous sommes aussi présents dans différentes écoles pour faire du travail de milieu avec des ateliers d’éducation à la sexualité et de prévention des toxicomanies pour sensibiliser et éduquer les jeunes par rapport à ses sujets.

Que faut-il faire de plus ?

Le milieu communautaire milite depuis longtemps afin d’avoir plus de financement et une répartition plus appropriée des enveloppes budgétaires. Nous revendiquons un financement général des organismes, par l’entremise d’un véritable programme national dédié à la mission, permettant de respecter l’autonomie des organismes communautaires. Le financement à la mission permettrait de financer l’ensemble des activités de l’organisme, d’avoir un répit financier et ainsi continuer à aider davantage notre communauté. Parallèlement, il faut continuer à sensibiliser et éduquer la population par rapport aux inégalités et aux enjeux sociaux présents dans notre société afin d’agir de façon collective pour réduire ses écarts et améliorer notre tissu social.

Comment nos lecteurs peuvent-ils aider ?

Les citoyens et citoyennes sont invité.e.s à effectuer des dons monétaires directement auprès de notre organisme, un reçu de charité sera donné pour tout don supérieur à 40 $. Il est aussi possible d’effectuer des dons vestimentaires (sous-vêtements et bas), des dons de produits sanitaires (savons, serviettes sanitaires, tampons, déodorants,etc.) et des dons de matériel de camping (tente, sac de couchage, bâche, etc.) au local du centre de jour situé au 80 Henri-Bourassa. Le centre de jour est ouvert du lundi au jeudi de 9h à 15h.

Avez-vous des événements à venir ?

Le mardi, 9 août, de 10h à 13h, l’équipe du GRIP sera au centre de jour (80 Henri-Bourassa ouest) avec leur unité mobile d’analyse de substances afin d’analyser différentes substances psychoactives.

Un évènement pour les 20 ans de RAP jeunesse est à venir en septembre 2022. Il y aura la présentation d’un documentaire et la dégustation d’une bière spécialement brassée pour l’organisme.

Où pouvons-nous vous suivre ?

Il est possible d’en apprendre davantage sur RAP Jeunesse en visitant notre site web ou encore en suivant notre page Facebook. Vous pouvez également suivre le travail de milieu en éducation à la sexualité sur Instagram @sexo.rapjeunesse ainsi que le projet d’arts martiaux mixtes @combat_st.lo.

Quelle organisation caritative locale aimez-vous ?

RAP Jeunesse travaille en partenariat avec l’organisme le SNAC qui vient en aide aux populations vulnérables en réduisant l’insécurité alimentaire. Nous référons beaucoup de personnes au SNAC et leur offre de service est précieuse dans Ahuntsic. Nous travaillons aussi avec plusieurs organismes du Nord de l’île comme les maisons des jeunes.

 

 

About Sofia Touboul 104 Articles
Multicultural artist and videographer. Her French and Colombian parents and her childhood in Israel led to a severe coffee, croissant, and shakshuka addiction. Obsessed with Instagram, she loves to share her life experiences. Follow Sofía on Instagram @sofiatouboul