Charitable Choices: Femmes Autochtones du Québec

Femmes Autochtones du Québec est une organisation à but non lucratif qui défend les droits humains des femmes autochtones et de leurs familles, à la fois sur le plan individuel et collectif. Nous avons parlé avec cette organisation pour en savoir plus sur eux.

Femmes Autochtones

Décrivez votre organisation caritative à but non lucratif en quelques phrases.

Femmes Autochtones du Québec (ci-après FAQ) est une organisation bilingue sans but lucratif fondée en 1974 par Mary Two Axe Early, grande défenderesse pour le droit à l’égalité pour les femmes autochtones. En juillet 2009, FAQ obtient le statut consultatif par le Conseil économique et social des Nations unies (ECOSOC). FAQ est une organisation représentative des femmes issues des dix (10) Premières Nations du Québec : les Abénakis, les Anishnabes, les Atikamekw, les Innus, les Eeyous Istchee, les Wendates, les Wolastoqiyik Wahsipekuk, les Mig’maqs, les Mohawks, les Naskapis ainsi que les femmes autochtones vivant en milieu urbain. Par ailleurs, en 2015, le Ministère des Affaires autochtones et du Nord Canada a reconnu FAQ comme étant une Organisation autochtone représentative (OAR).

Depuis plus de 47 ans, FAQ contribue au rétablissement de l’équilibre entre les femmes et les hommes, Autochtones ou Allochtones, en donnant une forte voix aux besoins et aux priorités des femmes, et ce, dans tous les secteurs de nos activités : la santé, la jeunesse, la justice et la sécurité publique, les maisons d’hébergement pour femmes et la promotion de la non-violence, les droits de la personne, le droit international ainsi que l’emploi et la formation. Dans ce contexte, nous jouons un rôle dans l’éducation, la sensibilisation et la recherche, et nous offrons une structure permettant aux femmes d’être actives dans leur communauté.

Quel problème vise-t-il à résoudre?

La mission de FAQ consiste à défendre les droits humains des femmes autochtones et de leurs familles, à la fois sur le plan individuel et collectif, et à faire valoir les besoins et priorités de ses membres auprès des gouvernements fédéral et provincial, de la société civile et des décideurs dans tous les domaines d’activités ayant un impact sur les droits des personnes autochtones. Notre organisation offre aussi des services de formations et de sensibilisations à des acteurs autochtones et allochtones concernant les divers enjeux que vivent les femmes et les filles autochtones, notamment en termes de santé, non-violence et justice.

Quand l’avez-vous commencé/l’avez-vous rejoint?

FAQ a été fondée en 1974 en réponse à la discrimination basée sur le sexe qu’engendrait la Loi sur les Indiens. Les inégalités que vivent les femmes comparativement aux hommes autochtones ont été à la base d’une longue lutte. Historiquement, les dispositions de la loi relative au statut ne s’appliquent pas de la même manière aux hommes et aux femmes. Un homme autochtone qui mariait une femme allochtone avait comme conséquence que la femme et leurs enfants obtenaient le statut autochtone en vertu de la Loi. À l’inverse, une femme autochtone qui mariait un homme allochtone n’avait pas le même résultat : la femme perdait son statut et ses descendants n’y avaient pas accès. En ce sens, elle devait quitter sa communauté et perdre les liens de proximité physique avec sa famille, sa culture, sa langue et ses traditions.

Comment était la situation lorsque vous avez commencé?

Tel que mentionné plus haut, les femmes et les filles autochtones vivaient de la discrimination basée sur le genre lors de la création de l’organisation. Dans tous les domaines, la colonisation et les mesures assimilatoires ont fait en sorte que le rôle traditionnel des femmes a été miné comparativement à celui de leurs confrères autochtones.

Comment cela a-t-il changé depuis?

Depuis maintenant 48 ans, les femmes autochtones du Québec, toutes nations confondues, unissent leurs forces pour dénoncer cette loi paternaliste, assimilatoire et coloniale. À ce jour, nous luttons encore pour rétablir les inégalités entre les femmes et les hommes issus des Premières Nations. Concernant l’inscription des Autochtones en vertu de la Loi sur les Indiens, la situation est encore la même à ce jour. Les femmes et les filles autochtones sont toujours victimes de discrimination résiduelle quant à leur inscription et ce sont leurs enfants et petit-enfants qui en sont victimes. Il est toutefois important de noter que les femmes et les filles autochtones vivent malheureusement encore toutes sortes de discrimination et d’inégalité parce qu’elles sont non seulement femme, mais aussi autochtone. Il s’agit donc d’une double discrimination disproportionnée, disproportionnée parce qu’elles sont plus discriminées par rapport à leurs consoeurs allochtones, par rapport à leurs confrères autochtones et encore plus par rapport aux hommes allochtones. Prenons par exemple le tragique décès que Joyce Echaquan en 2019, qui a dénoncé au grand jour la discrimination et le racisme systémique que vivent les Autochtones dans les services publiques. La Commission de Viens avait d’ailleurs dénoncé cela.

En parlant des différentes commissions d’enquête, nombreuses sont celles qui ont été faites, autant au fédéral qu’au provincial, sans que des résultats soient actuellement concrets et satisfaisants. La Commission royale sur les peuples autochtones (1996), la Commission Vérité et réconciliation (2015), l’Enquête nationale sur les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées (2019), la Commission Viens (2019), la Commission Laurent (2020), et d’autres, ont toutes dénoncer la discrimination, le racisme systémique, les inégalités et les injustices que vivent disproportionnellement les femmes et les filles autochtones. Les changements pour l’amélioration des conditions socio-économiques et des droits des femmes et des filles autochtones se font, mais à une vitesse très lente.

Que faut-il faire de plus ?

Il doit d’abord y avoir une prise de conscience collective de la société, qui est heureusement déjà entamer. Il doit aussi y avoir impérativement une reconnaissance du racisme et de la discrimination systémiques au Québec de la part du gouvernement du Québec.

Comment nos lecteurs peuvent-ils aider?

Nos lecteur.e.s peuvent nous aider en s’informant, en se sensibilisant et en allant à la rencontre des femmes autochtones, de leur vécu, de leurs expériences, de leurs cultures et traditions et de leurs communautés. Il est primordial que des ponts soient faits entre les Autochtones et allochtones que les préjugés soient définitivement enrayés. À la base, il n’y a pas de raison pour laquelle il devrait y avoir des préjugés envers les Autochtones, particulièrement les femmes et les filles autochtones.

Avez-vous des événements à venir?

https://www.youtube.com/watch?v=fDB-_eihxc0

Il est possible de suivre nos réseaux sociaux afin de suivre nos prochaines apparitions médiatiques et activités. Il est aussi possible de voir notre site web sous l’onglet suivant concernant les événements passés et à venir : Événements à venir | Femmes autochtones du Québec / Événements Passés | Femmes autochtones du Québec

Où pouvons-nous vous suivre ?

FacebookInstagramTwitter

Quelle est une organisation caritative locale géniale que vous aimez ?

FAQ appuie toutes les organisations autochtones qui ont, de près ou de loin, la même mission.

Entre autres, les maisons d’hébergement qui font partie de notre Réseau des maisons d’hébergement autochtones en font partie. Il y a aussi le projet Ishkuteu, dont vous pouvez en apprendre davantage

 

 

About Sofia Touboul 142 Articles
Multicultural artist and videographer. Her French and Colombian parents and her childhood in Israel led to a severe coffee, croissant, and shakshuka addiction. Obsessed with Instagram, she loves to share her life experiences. Follow Sofía on Instagram @sofiatouboul